Chiffres clés

Valeur économique

Selon les chiffres repris dans le rapport du SPW-DAEA « Évolution de l’économie agricole et horticole de la Wallonie 2017 », la valeur de la production en horticulture ornementale avoisine les 62 millions d’euros, ce qui représente environ 10-11% du total de l’horticulture belge et 10% du total de la production agricole régionale.

Par comparaison, en Flandre, l’horticulture est nettement plus intensive et constitue le sous-secteur de l’agriculture le plus important (plus de 32%).

Nombre d’entreprises

On compte environ:

  • 110 exploitations en floriculture (plantes annuelles, vivaces, chrysanthèmes, …)
  • 60 pépinières (production de plants ligneux ornementaux)
  • 70 pépinières de sapins de Noël et plants forestiers

Ainsi que :

  • 200 jardineries (pas de production propre, achat-revente de plantes et produits annexes)
  • plus de 2000 entreprises de Parcs & Jardins.

Main d’œuvre

Il n’est pas possible de distingué la M-O en horticulture comestible et ornementale. Les chiffres sont globalisés. L’activité horticole (comestible et ornementale) se caractérise par des besoins en main-d’œuvre très importants, répartis entre une main-d’œuvre régulière à haut niveau de qualification et une main-d’œuvre saisonnière non qualifiée.

En 2014, le nombre d’ouvriers réguliers occupés dans des entreprises wallonnes dépendant de la CP145 (Commission paritaire des entreprises horticoles) s’élevait à 3516 (environ 1/4 en production comestible et ornementale et 3/4 en parcs et jardins), engagés auprès de 1112 employeurs, soit un peu plus de 3 salariés par employeur.

Par ailleurs, près de 3100 personnes étaient également occupées dans le cadre spécifique du travail saisonnier.

En comptant le chef d’entreprise et la MO familiale, on peut estimer que plus de 10.000 personnes sont occupées dans l’ensemble du secteur de l’horticulture en Wallonie.

Les différents sous-secteurs horticoles wallons

Floriculture

En floriculture, les seules cultures wallonnes produites en quantités significatives sont les plantes à massifs (en de nombreux genres, espèces et variétés), produites sous serres (environ 30 ha) et les chrysanthèmes en pots, produits en plein air (sur 30 à 40 ha).

Les entreprises sont principalement localisées dans le Hainaut et seraient une 70aine. La vente directe au détail est leur mode principal de distribution. Le producteur complète souvent ses activités en s’installant comme entrepreneur de parcs et jardins ou en ouvrant une jardinerie.

Pépinières ornementales

Les pépinières ornementales occupent quelque 450 ha en Wallonie. On en retrouve dans toutes les provinces mais la majorité des 70 exploitations existantes se situent dans le Hainaut, notamment dans le village de Lesdain, véritable capitale wallonne de la pépinière.

Les plants issus des pépinières wallonnes sont reconnus pour leur qualité (plants mieux travaillés, plus fournis et robustes) et leur diversité variétale.

A Lesdain, les pépiniéristes sont spécialisés dans la production d’arbres-tiges, ce qui leur permet d’attaquer les marchés d’exportation (France, Angleterre, …).

Les pépiniéristes wallons, dont ceux de Lesdain, sont également nombreux à produire des arbres fruitiers, dans un grand nombre de variétés, notamment les variétés anciennes ou traditionnelles.

La production serait de 10 à 15.000 arbres par an. Ces arbres fruitiers ne sont pas destinés aux vergers professionnels mais sont achetés par les particuliers pour leurs jardins ou certaines institutions publiques dans un but conservatoire de leur patrimoine.

Sapins de Noël et pépinières forestières

Ces entreprises, dont le nombre est estimé à 80, sont essentiellement situées en province de Luxembourg. Ce sous-secteur de l’horticulture est économiquement le plus important de l’horticulture ornementale wallonne.

Les 3,3 millions de sapins de Noël produits par an, pour un chiffre d’affaires estimé à 70 millions d’euros, font l’objet d’un commerce de gros et sont exportés à près de 80%. L’espèce traditionnelle qu’était l’épicéa (Picea abies) est désormais supplantée par des essences plus nobles (Abies nordmanniana, …), vers lesquelles les producteurs se sont orientés pour tenter de répondre à la concurrence du sapin artificiel.

La production de plants forestiers s’étend sur 300 ha, représente environ 40 % de la production belge et assure environ 80% de la demande régionale.

Liens vers les principales sources de données Horticulture ornementale