Le buisson, maraîchage agroécologique


L’agroécologie 

Laurent Hulsbosh, ancien violoniste et guide animateur pour enfants, a commencé ses activités maraîchères en 2015. Dès le début, il a souhaité travailler la terre en agroécologie qu’il définit comme une  conception biodynamique de l’agriculture où la ferme est aussi un organisme vivant ; « On travaille avec la nature et pas contre la nature. On essaye de trouver un équilibre dans la nature en développant, par exemple, la biodiversité qui permet de régler des problèmes », nous livre Laurent.

Afin de respecter la nature et le sol, Laurent travaille avec des ânes et a mis en place un système de rotation afin de diversifier les cultures sur les sols et ainsi se prémunir des dommages que peuvent causer certains insectes ou autres. 

A plusieurs, c’est plus gai ! 

Laurent travaille seul sur le champ à l’exception du mardi, jour auquel deux personnes le rejoignent  et exploitent une parcelle que Laurent leur laisse. La première, Cathy, a développé le projet « fleure ta vie » et propose aux gens des bouquets bio et des fleurs comestibles. La seconde, Manu, a créé un projet « nos pensées sauvage » autour des aromates et plantes pour faire des tisanes. 

Le Fruitkot 

Laurent a également créé un projet autour des fruits, le Fruitkot, un jardin fruitier d’environs 25 ares composé de 4 zones :

  • méditerranéenne,
  • orientale,
  • européenne conventionnelle
  • et d’Amérique du nord.

Mais ce n’est pas tout! Laurent veut également apporter un aspect ludique à ce projet en y aménageant un labyrinthe avec  les plantes et massifs de Manu et Cathy. De plus, cette partie permettra à Laurent d’être en autonomie alimentaire et de s’inscrire davantage dans une démarche d’économie circulaire. En effet, les clairières seront fauchées après floraison pour servir d’alimentation aux ânes.

Laurent travaillant seul pour les légumes et la récolte de ceux-ci tombant en même temps que celle des fruits, il lui était impossible de gérer les deux activités de front. Il a donc exposé son projet aux citoyens de la Région et leur a demandé s’ils étaient intéressés de venir récolter eux-mêmes les fruits. Les chabitants participeront donc activement à son projet. 

En plus de ce jardin fruitier, Laurent a également le projet d’installer une ruche dans le but de fertiliser les arbres et plantes et favoriser la biodiversité.  

En outre, Laurent fait partie de la future coopérative « épi bio d’ici ». Il est, entre autre, très intéressé par le projet de conserverie qui lui permettra de donner une seconde vie aux légumes et fruits défraichis.