Olivier Mathonet, lauréat du Regal Award 2018


Le 18 septembre dernier avait lieu le forum alimentaire traitant de l’optimisation de la production alimentaire dans le secteur agricole à la ferme Champignol de Surice. Ce forum était aussi l’occasion de décerner le « Regal Award » 2018.

Mais qu’est-ce que le plan Regal ? C’est un plan, adopté en 2015 par le Gouvernement wallon, destiné à lutter contre les pertes et gaspillages alimentaires. Baptisé plan Regal pour REduction des Gaspillages ALimentaires il comporte 17 actions visant à réduire de 30% le gaspillage à tous les échelons de la chaîne alimentaire à l’horizon 2025.

Durant ce forum, le Regal Award 2018 a donc été décerné. Ce dernier récompense les initiatives innovantes en matière de lutte contre les pertes alimentaires et a été décerné à Mr Olivier Mathonet, de la pisciculture Mathonet-Gabriel s.a. située à Malmedy, pour ses initiatives en matière de revalorisation des déchets d’abattage et de transformation.

En effet, au lieu d’envoyer ses déchets d’abattage (boyaux de truites, têtes, queues et arrêtes) et de transformation fumées (têtes, queues, arrêtes, peaux, déchets de parage) à l’incinération, ces derniers sont triés par catégorie (frais ou fumés), pesés et envoyé à la société allemande Bioceval pour l’extraction d’huile de poisson. Ces huiles serviront, notamment, au secteur du Pet Food (alimentation des animaux de compagnie), à l’industrie du cuir et de la tannerie ainsi qu’à la confection de produits cosmétiques, une fois raffinées. En plus de procurer des chiffres précis sur les rendements d’abattage et de filetage, ce procédé permet aussi d’avoir un enlèvement gratuit de ces déchets, ce qui ne serait pas le cas en cas d’incinération puisque l’enlèvement est alors payant.

De plus, les poissons issus de l’élevage présentant des malformations ou des anomalies physiques ne sont pas jetés mais fumés et ajoutés aux poissons « normaux » entrant dans la composition de sa célèbre mousse de truite fumée.

Par ailleurs, il participe à plusieurs projets de recherche innovants visant à utiliser ces déchets pour, entre autres, la production d’insectes destinés à entrer dans l’alimentation des poissons ainsi que pour l’extraction d’acides gras oméga-3 et 6 destinés à la consommation humaine.

Enfin, un projet de revalorisation de peaux de truites fumées sous forme de chips est aussi à l’étude.

Il est à noter qu’en plus de l’aspect sociétal inhérent à ce plan de réduction des pertes alimentaires, cette lutte est ici un réel plus économique puisqu’elle permet de réduire les coûts de production de ce producteurs !

Un grand bravo à tous les participants et particulièrement à Mr Mathonet. Espérons que ses initiatives inspirent d’autres producteurs…