[Retour sur l’Assemblée Bio] L’agroforesterie, une diversification intéressante et un moyen concret d’adaptation aux récents aléas climatiques


Automne 2021 – l’Assemblée sectorielle bio du Collège des Producteurs, s’est tenue à la ferme de Grange à Anhée pour parler d’agroécologie, d’agroforesterie, de promotion du secteur bio et de marchés publics. Les assemblées sectorielles du Collège des Producteurs sont l’occasion pour chaque producteur ou acteur de filière de s’exprimer, mettre au centre du débat un sujet particulier ou donner son avis sur les thématiques abordées.

Thomas SHMIT, Chargé de Mission Agriculture Bio au Collège des Producteurs

8 novembre 2021 – Il est 10h40, l’assemblée commence, moitié en virtuel, moitié en présentiel (situation COVID oblige), une quarantaine de personnes sont présentes, la moitié en chair et en os, l’autre moitié en format numérique.

Parmi celles-ci une vingtaine de producteurs dont les quatre représentants du secteur bio au Collège : Charles-Albert de Grady, Daniel Collienne, Philippe André et André Grevisse.

Thomas Schmit commence par présenter le Collège, ses actions et quelques dossiers en cours : les visites chez les producteurs qui se poursuivent afin de récolter leurs avis, le suivi des dossiers PAC et du nouveau règlement bio, l’accompagnement de projets filière et la constitution de dossiers sur des thématiques polémiques liées au secteur bio.

Marchés publics et collectivités: nouveaux débouchés pour les producteurs?

Justine Chanoine poursuit en présentant le BA-ba des marchés publics. Nous retiendrons qu’il existe différents types de marchés publics, que les opportunités sont nombreuses et que la complexité apparente de ce type de débouché doit être relativisée : une fois le premier marché public réalisé, les autres vont tout seul. La cellule juridique de Manger Demain peut vous accompagner pour répondre à des marchés publics. Un des participant fait remarquer que les cantines s’approvisionnent par des distributeurs par facilité et demande comment on peut faire évoluer les choses. Justine Chanoine répond que les choses évoluent petit à petit via un travail de sensibilisation des cantines aux réalités des producteurs par ‘Manger Demain’ afin de les conscientiser et les motiver à diversifier leurs sources d’approvisionnement progressivement. Un autre participant demande s’il y a des exemples de ce qui est mis en place. Gaelle Vaningelgem (chargé de mission chez Manger Demain) donne en exemple le potage-collation (la collation de 10h devient un potage) dans les écoles fait à partir de produits locaux en province de Namur.

L’Agroforesterie, une diversification intéressante et un moyen cocret d’adaptation aux récents aléas climatiques

Olivier Baudry, conseiller Agroforestier et secrétaire de l’AWAF, nous emmène ensuite en forêt, enfin pas tout à fait, plutôt dans des champs plantés d’arbres. Il existe plusieurs manières d’introduire des arbres dans un système agricole (alignement d’arbres, haies, taillis à courte rotation, fruitiers) et les impacts négatifs sur les cultures (compétition pour l’eau et la lumière) sont compensés par des impacts positifs à une échelle plus large (effet brise-vent, abris pour la biodiversité, puit de carbone, pompe à nitrate, effet anti-érosif, productivité globale augmentée, ombre pour le bétail, etc..). Nous retiendrons qu’un système agroforestier produit plus de biomasse (100 Ha agroforestier produisent autant de biomasse que 100Ha de cultures + 40Ha de forêt) et permet d’installer un élément pérenne dans un système annuel sur lequel la biodiversité va pouvoir s’installer et se développer (biodiversité fonctionnelle très utile dans les systèmes AB). Un outil en ligne permet de créer un système agroforestier en fonction de sa région et de ses objectifs propres : ww.mahaie.be. La plantation de haies et d’arbres donne droit à des aides PAC (MAEC) et peut être subventionné (plus d’informations sur le site de Natagriwal). Des échanges ont lieux sur les avantages et inconvénients de ce type de système. Un participant pose une question sur les drains. Olivier Baudry précise que si on ne sait pas où se trouvent les drains il est déconseillé de planter (risque de les boucher) sauf en bordure de champ.

Plan de promotion de l’APAQ-W pour le secteur

L’assemblée se poursuit par la présentation des actions de promotions de l’APAQ-W : En 2021 la campagne promotionnelle s’est articulée autour de la thématique de la confiance et incarnée par un personnage comique : l’inspecteur Colum’bio. Une petite dizaine de producteurs et de transformateurs bios ont été choisis comme ambassadeurs et mis en scène dans de courtes vidéos présentant leurs activités. La semaine bio s’est déroulé en format réduit à cause des mesures sanitaires et la campagne automnale bat son plein au moment d’écrire cet article sur les pommes de terre bios. En 2022 les actions prévues sont sensiblement les mêmes. La thématique, fil rouge de la campagne 2022, ainsi que la filière présentée lors de la campagne automnale restent à définir.

Circuits-courts, producteurs-transformateurs : des situations problématiques dans vos relations avec l’AFSCA?

Pour terminer Daniel Collienne, producteur représentant du secteur bio au Collège des Producteurs, rappelle qu’un appel à témoignage est en cours par le Collectif 5C auquel le Collège est associé afin de faire remonter des situations problématiques rencontrées par des producteurs dans leur relation avec l’AFSCA. Plus d’informations sur https://www.collectif5c.be/projets

Visite d’une ferme bio agroécologique, la ferme de Grange

L’après-midi sera consacrée à la visite de la ferme de Grange : une ferme bio et agroécologique aux activités multiples : productions de céréales et de farine, miel, sapins de noël, bière, accueil à la ferme, et caractérisée par une gestion des sols en agriculture régénérative (agriculture de conservation).

Guirec de Wouters, notre hôte du jour, partage aussi son expérience du label « Prix Juste Producteur » qu’il utilise pour ses farines. Ce label lui permet de communiquer sur ses prix avec les boulangeries et les magasins de manière claire et transparente et facilite grandement la valorisation à un prix rémunérateur de leurs céréales.

Les démarches pour obtenir le label sont assez simples et aident à connaitre la rentabilité de son activité. Vous trouverez plus d’informations sur ce label sur www.prixjuste.be

Prochain rendez-vous au printemps 2022, la thématique et le lieu où se tiendra l’assemblée restent à définir. Une envie ? une idée ? envoyez-moi vos suggestions à thomas.schmit@collegedesproducteurs.be

Un artcile à retrouver dans le journal papier de BioWallonie « Itinéraires Bio »

Intéressant?

Inscrivez-vous à notre newsletter mensuelle pour recevoir les infos en direct dans votre boite mail