(Communiqué de presse) Le secteur bovin refuse d’être un bouc émissaire


Communiqué de presse de l’Apaq-W

L’Apaq-W relaie la lassitude du monde agricole : « Le secteur bovin refuse d’être un bouc émissaire »

L’Apaq-W tient à réagir au récent reportage de la RTBF sur la responsabilité de la viande produite en Belgique sur la déforestation en Amérique latine. Ce reportage contribue malheureusement à la désinformation des consommateurs et donne, une nouvelle fois, une image aussi biaisée qu’injuste sur le travail des éleveurs wallons.

En tant que service public de promotion, il appartient à l’Apaq-W de veiller à ce que des contrevérités ne pénalisent pas injustement un secteur d’activité (l’élevage bovin) qui représente plus de 10.000 personnes en Wallonie. Elle exprime son attachement à la liberté éditoriale de tous les acteurs médiatiques mais souhaite que le consommateur puisse disposer d’informations complètes et nuancées, à même d’éviter des réflexes de consommation injustifiés.

Non, le bétail bovin wallon ne contribue pas à la déforestation de l’Amérique du Sud. Le continent sud-américain produit du soja prioritairement à destination de l’alimentation humaine et seuls les sous-produits issus de cette production peuvent être destinés au bétail. Intellectuellement, l’affirmation d’un lien entre élevage et déforestation est donc totalement incorrecte, d’autant que le soja importé est labellisé « responsible soy » (il ne provient pas des zones en proie à la déforestation). Quoi qu’il en soit, le bétail wallon est d’abord et essentiellement élevé à l’herbe, qui représente 70% de l’apport en protéines. Ensuite, ce sont des intrants locaux (co-produits et céréales) qui fournissent le plus gros voire la totalité de la part manquante. La part du soja dans l’élevage est réellement minime, car de plus en plus remplacée dans la ration par du lin ou du colza issus de productions locales.

Reste que ce reportage ne révèle pas seulement des contrevérités. Il suscite aussi des amalgames avec des méthodes d’élevage qui existent notamment de l’autre côté de l’Atlantique et qui, elles, soulèvent de légitimes inquiétudes pour le climat mais aussi pour la traçabilité.

L’Apaq-W souhaite enfin préciser que, dans son travail de sensibilisation, elle a spontanément pris la mesure des enjeux environnementaux qui pèsent sur l’avenir de la planète et de la responsabilité que doivent assumer l’agriculture et l’élevage dans la réponse à donner à ces enjeux. Elle est ainsi déterminée à s’engager dans la promotion d’une agriculture liée au sol, respectueuse de celui-ci et soucieuse d’offrir des produits fiables et de qualité aux consommateurs. Pour plus d’informations :


Vanessa Poncelet – Service Presse – 081/33 17 03 – 0472/84 56 82 – .img" target="_blank">.img

Agence Wallonne pour la Promotion d’une Agriculture de Qualité
Avenue Comte de Smet de Nayer, 145000 Namur
www.apaqw.be