[Covid-19] Recommandations de l’AFSCA adressées aux acteurs de la transformation alimentaire et aux magasins d’alimentation/aliments pour animaux


Communication de l’AFSCA – 19.03.2020


Le premier texte ci-après, précise quels sont les magasins qui doivent être considérés comme des magasins d’alimentation, avec un certain nombre de recommandations pour le secteur de la TRA.

Concernant les contrôles, voici une déclaration sur le site web de l’AFSCA (http://www.favv.be/professionnels/publications/communications/coronavirus.asp )


DOCUMENT 1

Qu’entend-on par magasins d’alimentation ?

Suite aux décisions du Gouvernement communiquées ce 17/03/20

Qu’entend-on par magasins d’alimentation ?
 

Les commerces qui relèvent de cette définition peuvent rester ouverts en application et sans préjudice des mesures prises par le Gouvernement (cfr https://www.info-coronavirus.be/fr/faqs/)

Vente de denrées alimentaires aux consommateurs

Seuls les commerces et établissements horeca dont l’activité principale est la vente de denrées alimentaires peuvent rester ouverts, à condition notamment

  • qu’il n’y ait pas de consommation sur place et que les mesures nécessaires aient été prises pour empêcher la consommation sur place ;
    et
  • qu’ils soient en mesure d’organiser une distanciation sociale.

D’autres conditions sont d’application et consultables sur le site https://www.info-coronavirus.be/fr/faqs/

Relèvent de cette définition les commerces d’alimentation tels que supermarchés, épiceries, commerces de boissons, magasins à la ferme, boucheries, boulangeries, poissonneries, banques alimentaires, associations caritatives…

Les restaurants, restaurants d’entreprise, friteries et traiteurs peuvent également rester ouverts pour autant qu’ils se limitent à la vente à emporter et/ou livraison à domicile.

La vente de denrées alimentaires dans des distributeurs automatiques reste autorisée.

Les marchés sont interdits, sauf les échoppes indispensables à l’approvisionnement alimentaire des

zones ne disposant pas d’infrastructures commerciales alimentaires.

Les établissements non enregistrés auprès de l’AFSCA ne relèvent bien entendu pas de la définition de commerce d’alimentation et ne sont donc pas autorisés à vendre des denrées alimentaires.

Une description des activités (fiches d’activité) qui, sauf règle contraire et le cas échéant sous conditions, peuvent continuer à distribuer des denrées alimentaires est disponible sur le site web de l’AFSCA http://www.favv-afsca.fgov.be/agrements/activites/fiches/, sous la rubrique DISTRIBUTION (DIS).

Les cafés (ACT022) ont l’obligation de fermer.

Vente d’aliments pour animaux

Les commerces dont l’activité principale est la vente d’aliments pour animaux peuvent rester ouverts.

Distribution B2B (business to business) de denrées alimentaires et d’aliments pour animaux 

Il s’agit de secteurs considérés comme cruciaux et de services considérés comme essentiels par le Gouvernement.

Aucune interdiction n’est ici d’application à condition de respecter les mesures définies par le Gouvernement (https://www.info-coronavirus.be/fr/faqs/), notamment celles relatives à l’hygiène et à la distanciation sociale.

_____________________________

DOCUMENT 2

Recommandations relatives au Covid-19 adressées aux entreprises de la transformation alimentaire

Dans le cadre des mesures prises par le Gouvernement, celui-ci considère « les commerces et les entreprises intervenant dans le cadre de la chaîne alimentaire, l’industrie alimentaire, l’agriculture et l’horticulture et la production d’engrais et la pêche » comme nécessaires à la protection des besoins vitaux de la Nation et des besoins de la population. Il les qualifie également de secteurs vitaux et de services essentiels.

Les activités du secteur de la transformation agro-alimentaire ne sont donc pas soumises à l’interdiction générale, mais bien autorisées sous certaines conditions.

En vue de venir en appui au secteur, ces recommandations ont été rédigées en date du 17/03/2020. Le site du SPF Santé publique et la réglementation constituent toujours la référence en cas de doute sur la nature de la réponse ou de la mesure la plus adéquate à apporter à toute question ou risque.

https://www.info-coronavirus.be/fr/    https://www.info-coronavirus.be/nl/   

https://www.info-coronavirus.be/de/   https://www.info-coronavirus.be/en/

——–

Deux risques de transmission du Covid-19 entre personnes sont à considérer :

  • Le risque par contact direct avec une personne infectée.
  • Le risque de contact indirect, différé dans le temps, avec une personne infectée via les contacts avec les aérosols qu’elle aura émis sur les surfaces inertes (ustensiles, tables, outils, touches d’ordinateur, écrans tactiles, boutons tactiles de systèmes électroniques/électriques, poignées, aliments, emballages, etc).

Contacts directs

Les contacts directs sont les plus risqués et les principales mesures qui peuvent leur être actuellement opposés sont

  • l’écartement (rapide) du personnel infecté ou présentant des symptômes de type respiratoire. Les personnes ayant été en contact familial étroit avec des personnes confirmées infectées devraient également être écartées d’un poste à risque (contacts avec autres personnes, manipulation de denrées à consommer fraîches), ou à tout le moins, celles-ci monitoreront régulièrement leur température et l’apparition de symptômes respiratoires ;
  • le « social distancing », en diminuant au maximum les contacts entre personnes et en maintenant une distance de 1,5 mètre minimum entre les gens lorsque cela est possible.

Dans tous les cas, insister sur toute mesure permettant de respecter le « social distancing » (pour les interactions entre membres du personnel mais aussi avec les différents intervenants dans l’entreprise comme les agents de l’AFSCA et les chargés de mission), selon les situations, et sans préjudices des mesures obligatoires qui sont mises en place,

  • en privilégiant le télétravail,
  • en étant particulièrement vigilant aux lieux regroupant les travailleurs de l’entreprise (distribution de repas, vestiaire, etc.),
  • en respectant une distance minimale de 1,5 m entre les postes et les employés, ou en mettant à disposition des moyens de protection adéquats pour le personnel,
  • en minimisant le nombre de réunions, en privilégiant les « téléconférences » et en limitant au maximum le nombre de participants si des réunions « physiques » doivent impérativement être maintenues,
  • en limitant les contacts avec les visiteurs quels qu’ils soient,
  • en s’assurant que le personnel évite tout rassemblement,
  • le cas échéant en mettant en place ou en privilégiant le travail en deux ou plusieurs teams séparés dans le temps.

Contacts indirects

Le risque d’infection associé aux contacts (indirects) avec des denrées alimentaires reste actuellement évalué comme négligeable par rapport aux contacts directs par différentes organisations internationales de santé. Ce type de risque se gère notamment en appliquant strictement les recommandations et obligations existantes pour l’hygiène personnelle, pour l’hygiène alimentaire et pour l’hygiène au travail ainsi que par un nettoyage et une désinfection régulière des surfaces et objets inertes. Le nettoyage avec du savon et à l’eau chaude est déjà hautement efficace sur le Covid-19. Nettoyer vaut parfois mieux que mal utiliser un désinfectant. La plupart des désinfectants usuels sont actifs contre le Covid-19 lorsque leurs conditions d’emploi sont respectées (voir notices d’utilisation).

Recommandations d’hygiène personnelle spécifiques au Covid-19 :

  • rester à la maison si on est malade ;
  • se laver régulièrement les mains (le savon et l’eau chaude sont déjà suffisants) ;
  • toujours utiliser des mouchoirs en papier neufs et les jeter directement dans une poubelle fermée ;
  • éternuer ou tousser dans le pli du coude si on n’a pas de mouchoir à portée de main.

Recommandations générales d’hygiène alimentaire, par ordre de priorité spécifiquement au Covid-19 :

Recommandations de consignes de propreté et d’hygiène sur le lieu de travail (OMS) :

Les mesures ci-dessous vous aideront à prévenir la propagation d’infections en général (rhume, grippe, gastro-entérite, etc.) et du Covid-19 en particulier sur votre lieu de travail et à protéger vos clients, sous-traitants et employés www.who.int

Encourager et promouvoir une bonne hygiène respiratoire sur le lieu de travail.

Risque particulier aux produits animaux

Toutes les institutions de Santé publique et animale s’accordent sur le fait que les viandes ou aliments à base de viande ne constituent à l’heure actuelle aucun risque initial pour le Covid-19. Le risque de leur contamination indirecte par l’homme doit cependant être toujours considéré. Toute viande sur laquelle aurait été amené à expectorer un opérateur devrait être retirée de la chaîne alimentaire.

____________________________________